PENDANT LE CORONAVIRUS : LIVRAISONS OFFERTES MAIS RETARDS À PRÉVOIR 

0

Votre panier est vide

Quelles protections hygiéniques choisir ?

05 mars, 2019

Quelles protections hygiéniques choisir ?

A l’occasion de la Journée de Lutte pour le Droit des Femmes ce vendredi 8 mars, nous avons décidé de parler d’un sujet souvent mis de côté : les règles et les protections féminines. Tabou, osé, gênant, intime, autant de mots utilisés pour parler d’un phénomène naturel et récurrent. Et oui, on ne va pas vous l’apprendre mais les femmes ont leurs règles tous les mois et qui dit règles dit protections hygiéniques !

Face à la quantité de protections périodiques qu’une femme va utiliser dans sa vie, environ 10 000, il est important de se questionner à la fois sur le choix de la protection mais aussi sur la qualité des produits utilisés.

Des produits toxiques à fleur de peau : que retrouve-t-on dans nos culottes ?

La composition des tampons n’est pas écrite de manière explicite sur les emballages et les différents fabricants n’ont jamais cédé à la demande du public de révéler exactement la liste des composants présents dans les produits. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié une étude en 2018 révélant la présence de pesticides comme le glyphosate ou de pesticides interdits en France dans les protections hygiéniques. En cause ? Le coton utilisé qui est souvent produit dans des pays avec des réglementations plus « souples » que les lois françaises. Par la suite ce coton subit de multiples procédés de transformation dont le blanchiment qui utilisent des agents chlorés. Ce n’est pas tout, afin de donner un aspect plus lisse et plus « brillant » on retrouve dans nos tampons et serviettes des dérivés du plastique.
60 millions de consommateurs a réalisé un nouvel essai clinique en février 2019 et a testé 15 références de tampons et serviettes : parmi les marques testées, ils ont dénoncé la présence de phtalates considérés comme des perturbateurs endocriniens en plus des substances mentionnés précédemment.

Si vous souhaitez en savoir plus, la réalisatrice Audrey Gloagen a mené l’enquête sur la composition des tampons hygiéniques et sur les risques de choc toxique (SCT) dans son documentaire « Tampon, notre ennemi intime ».   

Des alternatives florissantes aux protections hygiéniques classiques

Une fois informé(e)s, l’important est de pouvoir choisir en tout état de cause. Jours à Venir vous propose de découvrir quelques alternatives possibles aux grandes marques de distributeurs : des produits plus propres et plus respectueux de notre santé !

Si votre choix se porte sur des protections jetables, à savoir les tampons et les serviettes, vous pouvez opter pour des références bio. Conçus à partir de matières premières bio, ces produits ont beaucoup moins de risques de contenir des substances chimiques.

Si vous optez pour des protections réutilisables vous avez le choix entre la cup ou les culottes menstruelles.

La coupe menstruelle est un objet qui permet de récolter le sang au lieu de l’absorber. Très confortable, on se sent libre de ses mouvements. Pour la cup, nous vous recommandons la marque Dans ma culotte qui fait des coupes menstruelles que vous pourrez retrouver notre boutique.

Les culottes menstruelles sont des culottes en coton absorbantes que l’on passe en machine après chaque utilisation. La planète vous remerciera d’autant plus que les protections hygiéniques jetables mettent environ 500 ans à se dégrader. 

Et parce que les protections hygiéniques sont des produits de première nécessité nous souhaitons promouvoir l’association Règle Élémentaire qui organise des collectes de produits d’hygiènes intimes à destination des femmes sans-abri ou mal logées. Pour trouver un point de collecte près de chez vous, c’est par ici.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les tampons bio, découvrez l'interview des fondateurs de My Holy ici.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

News à venir