LIVRAISON OFFERTE À PARTIR DE 50€ D'ACHAT - EN RAISON DU CORONAVIRUS, UNE MAJORITÉ DES LIVRAISONS SE FERA POST CONFINEMENT

0

Votre panier est vide

RENCONTRE AVEC ANTOINE, LE NOUVEAU CONVAINCU

27 novembre, 2018

RENCONTRE AVEC ANTOINE, LE NOUVEAU CONVAINCU

Racontez-nous votre premier jour, ce moment, ce déclic qui a engendré une prise de conscience, un nouveau départ et de nouvelles initiatives.

Je suis parisien et étudiant en architecture à Rouen. J’ai 24 ans et jusqu’à présent je ne me suis jamais senti obligé de changer mes habitudes pour le bien de l’environnement. Bien sûr, cela fait plusieurs années qu’en architecture, nos études et nos constructions s’orientent petit à petit vers des conceptions et des processus plus sains pour l’habitat et l’habitant. Mais cela ne m’avait pas touché jusque dans mes pratiques personnelles. 

Et puis il y a eu la rentrée 2018… L’actualité politique, les marches pour le climat, le rapport international rendu par les experts. En voyant toutes ces personnes dans la rue et l’état d’urgence dans lequel on se trouvait et l’incertitude sur la durée de vie de nos futurs enfants, il était impossible de fermer encore les yeux.

Qu’avez-vous fait après ce premier jour ?

J’ai lu beaucoup d’articles sur le sujet, je me suis renseigné pour essayer de comprendre. J’ai aussi échangé autour de moi et je me suis rendu compte que certains de mes proches s’impliquaient déjà au quotidien, ce fut une vraie surprise ! Au final, j’étais vraiment dans ma bulle et il m’a suffit de m’ouvrir pour voir qu’il y avait beaucoup de choses à faire à mon échelle. 

En quoi a consisté votre changement ?

J’ai essayé de commencer par des choses simples et accessibles. J’ai pris du recul sur mon comportement et ma façon de faire et je me suis dit : qu’est ce que tu pourrais déjà changer tout de suite et sans effort ? J’ai trouvé plein d’actions très faciles, même si vous me direz évidentes : limiter le plastique, trier au maximum mes déchets, apporter une gourde au lieu d’acheter de nouvelles bouteilles chaque jour, faire attention à débrancher mes prises lorsque je pars de chez moi etc.

J’ai pris plaisir à privilégier les marchés et les petits commerçants de mon quartier plutôt que les grandes surfaces. Ensuite, il y a eu les vêtements. J’adore la mode mais je ne m’étais jamais vraiment intéressé à la mode éthique. Quand Jours à Venir est sorti j’ai découvert des marques toutes aussi cool que celles que j’achetais ! Alors oui, c’est un peu plus cher que les marques conventionnelles mais je préfère maintenant mettre un peu plus pour un vêtement qui va durer et qui correspond à mes valeurs plutôt que d’acheter 15€ un t-shirt de mauvaise qualité produit dans de mauvaises conditions et que je ne porterai sûrement plus la saison prochaine.

Quels ont été les bienfaits apportés par ce changement ?

Une nouvelle vision des choses, une ouverture d’esprit, une sorte de satisfaction morale. Je suis plus heureux de mes achats, je suis plus heureux de manger ce que je mange, je me sens plus fier, plus raisonnable et plus responsable. Surtout, j’ai l’impression de me sentir utile, de participer à quelque chose via mes actions quotidiennes.

Cela m’a aussi fait évoluer au niveau professionnel. En tant qu’architecte, nous avons une responsabilité dans les matériaux que nous choisissons, dans la façon de relier l’homme à son environnement. C’est pourquoi j’essaye d’adopter une démarche responsable dans la mise en oeuvre de mon projet de fin d’études : ne pas détruire pour reconstruire, remettre en valeur l’existant, respecter l’histoire, la nature et le paysage du site concerné, faire attention aux matériaux utilisés et privilégier le réemploi lorsque c’est possible.

Des bonnes adresses responsables à partager ?

Ma reconversion est plutôt récente  donc je n’ai pas encore un carnet d’adresses très fourni  (rires). J’aime aller aux Grands Voisins, un lieu hybride, convivial, partagé où se développent des activités ouvertes sur le quartier. Adresse très sympa dans le même genre dans le 12ème arrondissement de Paris : le Ground Control. J’aime aussi beaucoup aller aux puces de Saint-Ouen pour chiner des vieux objets. Je vais souvent des friperies notamment Kilo Shop et Bleach Vintage.

Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui souhaitent agir aujourd’hui ?

Renseignez-vous, ouvrez-vous et prenez votre temps, il n’est jamais trop tard pour agir ! Il ne faut surtout pas rester dans sa bulle en se disant que de toute façon, nos petites actions n’auront pas d’impact car c’est comme ça que rien ne changera…

Pourquoi soutenez-vous Jours à venir ?

Dans ma démarche, je cherchais des sites complets et bien renseignés pour mes nouveaux achats. J’étais ravi de vous découvrir et de voir que vos produits étaient à la fois porteur d’un beau message et de beaux objets !


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

News à venir