PENDANT LE CORONAVIRUS : LIVRAISONS OFFERTES MAIS RETARDS À PRÉVOIR 

0

Votre panier est vide

Rencontre avec Ludo, un des créateurs de la Main Noire

29 janvier, 2019

Rencontre avec Ludo, un des créateurs de la Main Noire

Nous avons rencontré Ludovic, un des fondateurs de La Main Noire, qui développe des boissons bio avec comme produit phare le Chai latte.

Parlez de votre parcours avant la marque. Comment vous-êtes-vous rencontrés ?

Nous sommes trois, Quentin, Ryan et moi (Ludovic).
Quentin vient d’Avignon, il a fait des études dans la finance et a commencé à travailler dans une banque. Ryan est Australien, il vient de Melbourne. Il travaillait en comptabilité mais était passionné de cuisine en parallèle. Sa mère était productrice d’huile d’olive en France puis fromagère en Australie. Il est monté à Paris pour faire Le Cordon Bleu.
Je viens de Lille et j’ai fait mes études dans un lycée hôtelier. Par la suite j’ai travaillé un moment dans l’hôtellerie puis je suis parti en Australie.
On s’est rencontré à Melbourne, on partageait les mêmes passions et nous nous sommes très vite bien entendus. Avec Quentin, nous sommes tombés amoureux de l’esprit des coffee shop australiens. Pour rigoler, nous avons commencé à parler de se retrouver à Paris et de monter un projet ensemble. Finalement, c’est ce qu’il s’est passé : on a créé La Main Noire, un collectif spécialisé dans la culture du coffee shop et du brunch. 

Quand a été crée la marque ?

C’est moi qui l’ai créé quand j’étais à New York, je travaillais dans un coffe shop à Manhattan. Je revenais d’un voyage en Amérique centrale où j’avais rencontré des producteurs de café et j’avais envie de partager les rencontres que j’avais faites et ce que j’avais vu. J’ai commencé par créer une page Instagram et petit à petit je me suis dit que je pouvais aller bien au-delà. En rentrant à Paris, j’ai expliqué l’idée à Ryan et Quentin et c’est comme cela que nous avons décidé de lancer notre marque.

Comment vous répartissez-vous les rôles ?

Ryan s’occupe de la partie création et sourcing des matières premières, il réalise les recettes. Quentin et moi lui donnons notre avis mais c’est lui le “chef cuisinier”. Quentin est en charge de la partie administrative de l’entreprise et notamment de la comptabilité. Je fais la communication et le marketing. La partie commerciale / relation client est réparti entre nous trois.

Qu’est ce que vous aimez le plus l’un chez l’autre ?

Nous partageons la même vision tous les trois, notre collaboration est facile : nous souhaitons faire les mêmes chose et on est sur la même longueur d’ondes.

Quelle est votre mission à travers ce projet ?

Nous souhaitons apporter de nouveaux produits qui n’existent pas en France ou en Europe tout en respectant la qualité des matières premières. Nous essayons de garder les produits intacts pour préserver la complexité de goûts. Nous souhaitons aller à l’encontre de ce qui se fait traditionnellement dans le marché des thés (les poudres notamment) et proposer des produits plein de saveurs et de bienfaits. Au niveau de la présentation, on s’est beaucoup inspiré de ce qui se fait en Australie où la culture du brunch est très présente.

Quel est le trait de caractère propre à vos produits ?

Des produits frais, bio et travaillés à la main.

En quoi êtes vous éco-responsable aujourd’hui ?

Au delà des ingrédients bio que nous utilisons, nos sachets sont en matière biodégradable et les étiquettes sont en fibres de canne bio. Nos packaging sont éco-responsables. Nous limitons les intermédiaires et nous faisons tout nous-mêmes, du sourcing des matières premières à la livraison en passant par la production.  A terme, on aimerait travailler directement avec les producteurs mais cela demande plus de moyens.

Appartenez-vous à des labels en particulier ?

Nous avons les labels bio français et européen, nos produits sont certifiés Vegan Society pour les produits vegan et nous avons un label commerce équitable pour notre nouveau produit, une pâte de cacao cru, qui sortira dans un mois. 

C’est quoi votre marque en 3 mots ?

Artisan, innovant, franco-australien.

Si votre marque était une ville, quelle serait-elle ?

Melbourne !

Si votre marque était une musique, quelle serait-elle ?  

Opiuo – un dj australien qui fait du glitch !

Quel est votre produit favori, celui dont on ne se sépare jamais ?

Ludo : Le Honeybush
Ryan : Le Golden
Quentin : L'Original

Nous avons des goûts différents mais c’est surtout en fonction du moment de consommation. 

Le jour où vous avez eu la plus grande joie ?   

Lorsque l'on a atteint l'objectif de notre campagne de crowdfunding pour la réalisation du projet La Main Noire Lab & Coffee Shop !

Votre plus grand projet à venir ?

On a hâte de pouvoir ouvrir notre coffee shop. Cela fait 2 ans et demi qu’on travaille dessus ! On vous tiendra au courant dès qu’il sera ouvert mais c’est pour 2019.

3 bonnes adresses éco-responsables à partager ?

Wild and the moon : des restaurants bio, locaux, éthiques et de saison.

Maison Nomade : un concept hybride entre le restaurant, le bar et le bien être !

Les épices Shira : un vendeur d’épices bio qui travaille avec des fermes, des coopératives et des ONG situées au quatre coins du monde.

Que faites-vous au quotidien pour être responsable ?

De part notre métier et notre formation, le point sur lequel nous sommes les plus sensibilisés est le gaspillage alimentaire.
Nous faisons le tri et cherchons à générer le moins de déchets possible. On réutilise tout, notamment les épluchures.

Si demain vous étiez Superman ou le ministre de l’écologie, que feriez-vous ?

Offrir des réductions d’impôts à tous les gens qui utilisent les toits pour planter des jardins et faire des potagers !

Si vous souhaitez retrouver les produits de la Main Noire, c'est par ici.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

News à venir