LIVRAISON OFFERTE À PARTIR DE 50€ D'ACHAT - EN RAISON DU CORONAVIRUS, UNE MAJORITÉ DES LIVRAISONS SE FERA POST CONFINEMENT

0

Votre panier est vide

Rencontre avec Mathilde et David, les fondateurs de Nü Morning

26 mars, 2019

Rencontre avec Mathilde et David, les fondateurs de Nü Morning

Cette semaine nous avons rencontré Mathilde et David, les fondateurs de Nü Morning, des granolas qui viennent enchanter nos petits déjeuners.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ? Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Mathilde : J’ai fait des études en agronomie à la suite desquelles j’ai été embauchée chez Danone. J’ai commencé à travailler à Paris puis je suis partie au Canada. Après un an passé à Montréal, la France me manquait mais je ne voulais pas rentrer à Paris. Le rythme de vie est plus calme au Canada et j’avais envie d’une ville à taille plus humaine. Je suis arrivée à Lyon où j’ai passé plus de deux ans chez Blédina. En sortant d’école, je pensais faire ma carrière chez Danone mais au fur et à mesure de mon expérience je me suis rendue compte que cela ne me correspondait plus en termes de valeurs et d’éthique.
C’est au Canada qu’avait germé l’idée de départ de Nü Morning. Les canadiens sont habitués à manger des petits déjeuners à base d’avoine. J’ai découvert le granola à ce moment-là. En rentrant en France, je n’ai pas retrouvé cette alternative saine aux céréales de la grande distribution. On est en couple avec David et c’est lui qui m’a poussé à me lancer dans cette aventure. Je voulais créer un produit qui réponde à mes valeurs et trouver du sens au quotidien. Nous n’allons pas changer le monde en vendant des granolas mais on contribue à notre échelle en produisant des recettes saines et écologiques.

David : J’ai fait une école d’ingénieur puis j’ai travaillé en informatique pendant 3 ans. J’étais dans une entreprise qui faisait de la sécurité informatique. En parallèle, j’ai créé plusieurs boîtes avec mon frère mais elles n’ont jamais décollé. Une d’entre elle survit encore mais on ne s’en occupe pas beaucoup. Le projet est parti de Mathilde, elle avait besoin de compétences informatiques pour l’aider sur la création de son site. J’étais censé être à temps partiel et petit à petit je me suis mis pleinement dans le projet. 

Qu’est-ce que vous aimez le plus l’un chez l’autre ?

Mathilde : À l’origine, nous n’étions pas censés monter Nü Morning ensemble, cela s’est fait au fil de l’eau. Mais maintenant quand j’y réfléchis je ne me serai pas vu faire ça avec quelqu’un d’autre. Notre duo marche très bien parce qu’on se dit tout. On s’appuie mutuellement dans nos décisions. J’aime la constance de David, il est très stable et c’est rassurant. Il arrive à être serein dans toutes les situations, il temporise.

David : Pour moi le point principal c’est la confiance, une association qui réussit va au-delà des compétences complémentaires. J’admire la capacité de Mathilde à faire autant de choses en même temps. Ça lui demande beaucoup d’énergie mais c’est impressionnant à voir.

Quand a été créé la marque ?

Nous avons lancé Nü Morning en Septembre 2017 avec deux mélanges. On a commencé à travailler sur le projet en mai 2017 et en quatre mois nous avons réussi à créer un site, nos premières recettes, à imaginer notre offre etc. C’était un vrai défi mais quand on y repense ce n’était rien par rapport à maintenant (rires). A cette époque-là, on imprimait nos étiquettes sur notre imprimante de bureau et on les collait nous-même, c’était très artisanal. Pendant 8 mois, nous proposions uniquement une box composée d’une nouvelle recette par mois et du mélange original. 
Chaque mois, il fallait qu’on trouve un local pour produire. C’est Mathilde qui imaginait les recettes. La première production a eu lieu dans une pizzéria :  le four à pizza n’est pas fait pour cuire un granola ! La deuxième production a eu lieu dans un atelier pour cours de cuisine. On a produit de 6h à minuit et rien n’allait : un coup notre granola était trop cuit puis pas assez, c’était terrible. Notre troisième production a eu lieu dans une boulangerie. Là on a appris à nos dépends qu’un four de boulanger n’était pas fait pour cuire du granola. C’était la production pour Noël, on avait des quantités très importantes à produire et nous n’avons pas réussi.
Après ces différents tests, nous avons trouvé un atelier d’un traiteur bio qui nous accueilli pendant trois mois. Les fours étaient parfaits, il y avait de la place et surtout le matériel dont nous avions besoin : adieu les mélanges à la main, place au batteur ! La différence entre nos précédentes productions et l’atelier du traiteur nous a poussé à chercher un local. En avril dernier, nous avons trouvé ce qui est aujourd’hui notre atelier. On a tout réaménagé, acheté du matériel, on a des bureaux et une zone de stockage.

Quelle est votre mission à travers ce projet ?

On aimerait aider les gens à prendre du temps pour eux le matin. Il suffit de pas grand-chose ! Se poser 15 minutes pour prendre un petit déjeuner sain peut aider pour le reste de la journée. Nous mettons en avant le Slow Morning : un rituel simple, un temps pour soi avant de démarrer la journée, une bulle de protection contre le stress du quotidien. Nous travaillons sur différents formats pour satisfaire le plus de personnes possibles.

Quel est le message derrière vos produits, que voulez-vous transmettre ?

Nü Morning c'est un engagement éthique et nutritionnel tout en restant gourmand. Nous souhaitons proposer des produits sains que l’on mangera avec plaisir. Notre objectif est de toucher des personnes par le goût avant qu’ils ne s’aperçoivent que nos produits sont bio, vegan et sans gluten. Aujourd’hui, on vend même nos produits à une célèbre équipe de foot parisienne !

Quel est le trait de caractère propre à vos produits ? 

Le granola est gourmand et audacieux, le porridge est doux et réconfortant. De manière général Nü Morning est bienveillant.

En quoi êtes-vous écoresponsable aujourd’hui ?

Nos produits sont vegan, sans gluten et certifiés bio.
Nous cherchons à limiter au maximum nos déchets : aucune perte dans la production, une offre de vrac, du recyclage au maximum.
Pour le packaging nous avons une double contrainte : il doit être respectueux de l’environnement mais protéger le produit qui a une date limite de consommation d’un an. Pour l’instant on travaille avec du plastique recyclable car les autres formes d’emballages biodégradables commencent à se désintégrer au bout de 6 mois. On souhaiterait passer sur des emballages en carton. 

Appartenez-vous à des labels en particulier ?

Nous avons le label Gold par Care Eat qui labellise les entreprises zéro déchet et nous avons la certification Bio. Nous n’avons pas de label vegan et sans gluten à cause du coût qu’ils représentent.

Nü Morning en 3 mots ?

Sain, gourmand et varié.

Si votre marque était une ville, quelle serait-elle ?

Montréal pour sa diversité, c’est une ville très bienveillante et tournée vers la nature avec beaucoup d’espaces.

Si votre marque était une musique, quelle serait-elle ?  

Earth de Mogli – une musique qui exprime parfaitement la fragilité de notre terre avec des notes douces et apaisantes qui correspondent à nos valeurs et à notre univers.

Quel est votre produit favori, celui dont vous ne vous séparez jamais ?

Mathilde : le porridge Amande grillée !

David : le granola banana bread

Le jour où vous avez eu la plus grande joie ?  

Mathilde : Le jour où on a appris qu’on était référencé au Printemps du Goût à Paris, c’était une concrétisation de mois de travail passés.

David : Le jour où on a reçu notre local.

Quel est votre plus grand projet à venir ? 

Des gammes qui s’adressent à tous : on voudrait faire une gamme pour enfants. Ou prendre une semaine de vacances ! (rires)

Qu’est-ce vous imaginez pour Nü Morning à plus long terme ?

On aimerait faire grandir l’équipe et être présent dans plus de points de vente. Nous n’avons pas encore atteint la taille critique qui nous permette de se rémunérer, d'embaucher et de faire tous les projets dont on rêve.

Un conseil nutrition pour nos lecteurs ?

Réduire le sucre !
Il faut regarder la quantité de sucre mais surtout d’où il provient : si ce sont des fruits ou des sucres raffinés. A même niveau de calories, deux produits peuvent être très différents. Le sucre créé des addictions, c’est problématique, notamment avec les enfants qui sont habitués à des petits déjeuners très sucrés.

3 bonnes adresses écoresponsables à partager ? 

A Paris : Welcome Bio Bazar, 13 rue Boulle dans le 11e, c'est un concept store bienveillant et surprenant qui propose une large offre de produits écologiques et éthiques, dont nos granola.

A Lyon : nous avons la chance de travailler avec plusieurs partenaires qui favorisent les acteurs locaux tels que le LAB (concept store sélectionnant des créateurs made in Europe uniquement), les Halles la Martinière (lieu collaboratif pour démocratiser l'alimentation durable au coeur de Lyon), LELL Market à Villeurbanne (producteurs et artisans sont tous situés à moins de 100km du magasin) ou encore Ma ferme en ville à Lyon 6e (sélection de produits d’artisans locaux).

Que faites-vous au quotidien pour être responsable ?

Mathilde : je fais attention à ma consommation alimentaire, je mange bio et je suis végétarienne. Je limite au maximum les emballages et je ne vais plus au supermarché. Je favorise le marché de producteurs à côté de chez moi et les épiceries et commerces locaux.

David : pour moi la première chose à faire c’est consommer des produits d’entreprises qui œuvrent pour réduire leur impact. Il ne faut pas culpabiliser les particuliers mais leur faire prendre conscience que c’est par leur consommation qu’ils ont un impact réel.

Une folle envie pour notre planète : si demain vous étiez ministre de l’écologie, que feriez-vous ? 

Mathilde : j’instaurerais plus de repas végétariens et bio dans les cantines des écoles. La maltraitance animale dans le milieu industriel me rend folle. Je ne souhaite pas convaincre les gens de devenir végétarien mais il faut que la production de viande se fasse de manière respectueuse et humaine, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

David : je taxerais les entreprises à hauteur de ce qu’ils nuisent à l’environnement, ce sont les grosses entreprises qui sont les plus gros pollueurs et les conséquences sont bien trop faibles.

Cette conscience responsable, d’où ça vous vient ?

Mathilde : de mon éducation, mes parents sont très sensibles à la nature, aux animaux et à l’environnement. Ma prise de conscience s’est renforcée quand j’ai quitté Danone et que j’ai créé Nü Morning.

David : Mes grands-parents vivaient à la campagne et j’ai été sensibilisé depuis tout petit à l’environnement, aux animaux, à la nature. J’ai envie de préserver tout ça !

Pour retrouver tous les produits Nü Morning, c'est par ici.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

News à venir