LIVRAISON OFFERTE À PARTIR DE 50€ D'ACHAT - EN RAISON DU CORONAVIRUS, UNE MAJORITÉ DES LIVRAISONS SE FERA POST CONFINEMENT

0

Votre panier est vide

Rencontre avec Mathilde, fondatrice de l'Atelier le Gagneur

26 février, 2019

Rencontre avec Mathilde, fondatrice de l'Atelier le Gagneur

Cette semaine, nous rencontrons Mathilde, la créatrice d'Atelier Le Gagneur, des sacs aux matières naturelles, au design brute, simple et moderne. Mathilde prône une mode éthique, féminine et intemporelle. Elle nous raconte son parcours, son amour pour le vintage et son engagement au quotidien.

Parlez-nous de votre parcours avant Atelier Le Gagneur ?

Je suis designer de mode, j’ai fait des études de vêtements à la Saint Martins School à Londres. J’ai commencé à travailler par hasard dans l’accessoire et cela m’a beaucoup plu. Je me suis alors formée au design maroquinerie en travaillant, j’ai fait mes armes dans la maison Louis Vuitton. Au bout de quelques années, j’avais envie d’un projet en adéquation avec mes valeurs. J’ai voulu changé de mode de vie, j’ai quitté Paris pour la Normandie et c’est là que tout a commencé.

Quand a été crée Atelier Le Gagneur ?

J’ai lancé Atelier Le Gagneur en mai 2017. Créer ma marque était quelque chose que je voulais faire depuis longtemps. Déjà étudiante, j’admirais beaucoup les personnes qui le faisaient et je me disais qu’un jour ce serait mon tour. Comme j’avais commencé à travailler dans la maroquinerie et que j’aimais beaucoup ce secteur, ça m’a semblé évident de continuer dans les sacs. A cela, j'y ai ajouté mes valeurs, pour proposer une marque éthique et respectueuse de l'environnement. 

Quelle est votre mission à travers ce projet ?

Ma mission est de mettre en avant le savoir-faire français. Je souhaite montrer qu’il est possible de créer des produits désirables, modernes, tout en ayant des préoccupations pour l’environnement et pour l’humain. Même dans mes choix de matières, je choisis les plus locales possibles pour utiliser tout ce que nous offre notre territoire. 

Quel est le trait de caractère, le petit plus propre à vos sacs ?

Mes sacs ont un design brut. Par exemple, je ne mets pas de teintures sur les tranches du cuir. Sur chaque modèle, je rajoute des petits points rouges à la main, c’est ma signature.

En quoi êtes vous éco-responsable aujourd’hui ?

J’ai fait le choix du made in France, de valoriser le savoir-faire français. Je choisis aussi des matières premières naturelles et le plus souvent françaises. Je fais attention de manière globale, les emballages sont en carton recyclé et sont fabriqués en France, de même pour les sachets.

Quel est le processus de fabrication des sacs Atelier le Gagneur ?

Je commence par dessiner, je fais un croquis puis les dessins techniques en taille réelle. Je fais un premier volume moi même et je rencontre les fabricants à l’atelier de confection, je vois avec eux ce qui est possible de faire ou non par rapport à ce que j’imaginais. Ensuite, on se met d’accord, ils font un premier prototype dans la bonne matière, je valide le prototype et on lance une première production. Cet atelier de confection se trouve dans l’Aisne, c’est un vieil atelier spécialisé dans la maroquinerie, qui travaille aussi les voiles de bateaux.

Appartenez-vous à des labels en particulier ?

Les tissus sont labellisés Oeko Tex et Master of Linen.

Si votre marque était une ville, quelle serait-elle ?

Une ville normande, de bord de mer, disons Granville !

Si votre marque était une musique, quelle serait-elle ? 

Une musique simple, du jazz, je dirai le duo de Vincent Peirani et Emile Parisien.

Si votre marque était une icône, qui serait-elle ?

Une icône féministe, Simone de Beauvoir !

Quel est votre produit favori, celui dont vous ne vous séparez jamais ?

Je les porte tous ! Plus spécifiquement le collectionneur car je suis maman et il est grand, pratique, on peut mettre plein de choses dedans.

Le jour où vous avez eu votre plus grande joie avec Atelier le Gagneur ? 

J’ai eu beaucoup de petites joies ! Mais quand le site a été mis en ligne, j’étais vraiment heureuse. J’avais beaucoup travaillé pour que tout ça voit le jour, c’était la consécration !

Qu’est ce vous imaginez pour Atelier Le Gagneur à moyen terme ?

J’ai des nouvelles couleurs qui vont sortir en avril et peut être des nouveaux modèles à l’automne. Je suis sélectionnée au festival de Hyères pour une collection d’exception. C’est une collection de 7 sacs et peut être que j’en mettrai quelques uns sur le site. A plus long terme, je voudrais surtout développer les différentes gammes. J’ai aussi une ligne “upcycling” qui n’est pas présente sur le site mais qui va le devenir cette année. Je veux trouver mon point d’équilibre entre mon activité, la création, tous ces éléments qui font la vie de l'entreprise et continuer à me faire connaitre évidemment. 

Si demain vous étiez une super woman ou le ministre de l’écologie, que feriez-vous ?

Je changerais tout ! Je ferais en sorte que le pouvoir appartienne aux citoyens, qu’on passe à une société décroissante, que tout se passe à petite échelle, qu’on passe à l’énergie renouvelable. Bref, je ferais beaucoup et je pousserais les gens à s’engager car nous sommes tous responsables !

Cette conscience responsable, d’où cela vous vient ?

C’est un cheminement, j’ai très vite eu une conscience politique, je me suis rendue compte assez jeune que beaucoup de choses allaient de travers dans le monde. J’ai évolué pas à pas, j’ai fait beaucoup de chemin sur ma façon de consommer. Avant par exemple, je n’avais pas conscience que les légumes avaient une saison ou que la mode était si nocive pour l’environnement. J’ai mis du temps à aligner tout ça et à avoir une vie qui correspond à mes valeurs. Je ne dis pas qu’aujourd’hui je fais tout parfaitement mais j’ai beaucoup évolué !

En quoi cette prise de conscience a-t-elle changé votre quotidien ?

Mes centres d’intérêts ont beaucoup changé, cela va aussi avec le fait que je suis partie vivre à la campagne. Je fais beaucoup moins les boutiques et plus de jardinage ! (rires)

Que faites aujourd’hui vous dans votre quotidien pour être plus responsable ?

J’achète beaucoup d’occasion, que ce soit pour des meubles, des objets, des vêtements pour mon fils. J’adore chiner ! Pour la nourriture, j’achète local et beaucoup en vrac, j’essaye de faire le maximum de choses moi-même.

Que diriez-vous à quelqu’un qui souhaite se mettre à la mode éthique?  

Pour moi c’est d’abord passé par la friperie. J’aimais beaucoup les motifs fleuris des robes vintage et j’allais naturellement dans les friperies sans savoir que c’était éco-responsable. Après, l’important est de trouver son style. Un style constant qui permet d’identifier les bonnes marques qui vont nous plaire et les endroits où les acheter.

3 bonnes adresses éco-responsables à partager ?

Pour les vêtements, j’utilise beaucoup Vinted, sinon je vais à Caen à Emmaus, à la Croix Rouge, à la La Chiffo, une association, au marché du vendredi matin place Saint Sauveur où on trouve beaucoup de fripes. J’aime aussi une petite boutique qui s’appelle Mary Frip rue Caponière.

Pour la nourriture, je fais les marchés et j’affectionne particulièrement “L’épicerie Autrement” qui propose du vrac pour les produits ménagers. C’est très pratique, on en trouve pas dans les biocoop !

Si vous aussi vous aimez chiner, découvrez notre article de nos bonnes adresse de friperies ici


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

News à venir