LIVRAISON OFFERTE À PARTIR DE 50€ D'ACHAT - EN RAISON DU CORONAVIRUS, UNE MAJORITÉ DES LIVRAISONS SE FERA POST CONFINEMENT

0

Votre panier est vide

RENCONTRE AVEC MAXIME, L'AMOUREUX DES MONTAGNES

04 novembre, 2018

RENCONTRE AVEC MAXIME, L'AMOUREUX DES MONTAGNES

Nous avons rencontré Maxime, 26 ans, qui nous a parlé de sa passion pour la montagne, de son déclic et de ce qu’il fait au quotidien pour changer les choses à son échelle. Une rencontre pleine de bonnes astuces !

Raconte-nous ton premier jour, ce moment, ce déclic qui a engendré une prise de conscience, un nouveau départ et de nouvelles initiatives.

Hiver 2014.
Je suis Grenoblois et je skie beaucoup et cet hiver-là, il n’y a presque pas eu de neige. De saison en saison il y a de moins en moins de neige, les stations ouvrent plus tard, ferment plus tôt. Les glaciers fondent et la montagne s’effrite peu à peu. Les températures augmentent et apparemment la neige diminuerait de moitié d’ici 2050. C’est une grosse prise de conscience pour moi. Je vois les montagnes enneigées depuis que je suis né et je ne m’étais jamais posé la question de savoir si ça allait durer.

Qu’as-tu fait après ce premier jour ?

J’ai commencé à me renseigner sur les entreprises qui font attention à leur impact écologique principalement pour l’alimentation et le textile car je pense que c’est les deux sujets sur lesquels mon empreinte écologique est la plus forte.        
Pour l’alimentation, je me suis mis à regarder de plus près ce que je mangeais. Je consomme désormais des produits locaux et de saison. J’ai complètement arrêté d’acheter des produits transformés.
Pour les vêtements je préfère payer un peu plus cher au moment de l’achat mais pour des pièces qui durent plus longtemps. Je ne vais plus dans les grandes enseignes.

Qu’est-ce que ces changements t’ont apporté ?

Par rapport à l’alimentation, je dirai que je me sens plus en forme depuis, moins fatigué. Pour les vêtements, je garde mes affaires plus longtemps. J’ai la sensation de dépenser mes sous pour des entreprises qui ont une vraie valeur et qui font les choses durablement. Je suis plus à l’aise avec ma conscience dans cette démarche !

Aujourd’hui, que fais-tu dans ton quotidien pour être responsable ?

Une somme de petits gestes : je prends le vélo tous les jours, je fais le tri, je ne prends jamais de bain, je donne mes vêtements que je ne mets plus à Emmaüs.
J’essaie d’être dans l’upcycling : je réutilise et je ne jette rien.
Par exemple j’avais un vieux vélo qui ne marchait plus et je me suis servi de plein de pièces pour améliorer mon nouveau vélo.

Aurais-tu 3 adresses/bons plans responsables à nous recommander ?

  • Simone Lemon : un restaurant qui cuisine uniquement des produits « moches » qu’ils achètent auprès de producteurs locaux. On est dans une logique du 0 gaspillage en plus d’être de saison !
  • Pour les parisiens, je vais souvent chez une petite couturière au 69 rue de Turennes. L’objectif est de ne pas jeter mes fringues mais de les réparer pour qu’ils durent plus longtemps. Je dépose de temps en temps des vêtements que je ne mets plus afin qu’elle réutilise les matières. Là, on est plus dans une optique de “recyclage” et de réduire au maximum les déchets.
  • La Maison du zéro déchet à Montmartre : je m’y rends de temps en temps et je découvre à chaque fois de nouveaux produits qui me permettent de remplacer certaines habitudes facilement (gourdes ou sacs réutilisables par exemple) !

Quel conseil donnerais-tu aux personnes qui souhaitent agir aujourd’hui ?

 Je pense que le plus important c’est de se renseigner sur ce qu’on consomme, de prendre conscience de ce qu’il se passe, de regarder des documentaires pour s’informer. J’ai adoré Demain et la série du National Geographic sur les changements climatiques. Aujourd’hui l’information est accessible, on trouve même des documentaires sur Netflix !

Comment imagines-tu la planète en 2030 ?

Sur Mars ! (rires)
Sans être pessimiste, je pense qu’il peut y avoir une prise de conscience massive et des actions collectives. Il faudrait qu’on aille tous vers le même but. Et si cela ne marche pas, je pense que les avancées passeront par la science.

Pourquoi soutiens-tu Jours à Venir ?

Les marques disponibles sur cette plateforme sont des marques qui correspondent à mes valeurs et dans lesquelles je me reconnais. C’est un moyen de centraliser mes recherches et de découvrir d’autres marques qui pourraient me plaire ! Jours à Venir c’est un gage d’engagement, je sais ce que j’achète, j’aime le sens que vous donnez à la “consommation”.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

News à venir