LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE 80€ D'ACHAT - RETOUR OFFERT

0

Votre panier est vide

Rencontre avec Yvanna, fondatrice d'OAÏ

26 mai, 2020

Rencontre avec Yvanna, fondatrice d'OAÏ

Pour l'interview de cette semaine, nous avons rencontré Yvanna, la fondatrice de la marque OAÏ, des gourdes en inox réutilisables pour tous ceux souhaitant lutter contre la culture du jetable et revenir à l’essentiel ✨ Yvanna nous parle de son voyage qui l'a mené au zéro déchet, de son parcours et des projets pour sa marque ! 

Qu'avez-vous fait avant de lancer votre marque ?

J’ai travaillé pendant 10 ans dans la musique, j’étais vidéaste. J’ai passé beaucoup de temps en tournées et en studio. Puis je suis partie deux ans en voyage en tour du monde pour m’inspirer. J’exerçais encore mon métier de vidéaste pour des projets sociaux et écologiques locaux. J’avais pris la décision de voyager très lentement, je restais au moins 2-3mois dans un même village. C’était notamment des pays où il n’y a pas d’eau potable et où l’utilisation d’une gourde est devenue essentielle car là-bas le plastique n’est pas recyclé. C’est en rentrant que j’ai eu l’idée de proposer des gourdes aux artistes avec lesquels je travaillais. Fondée sur un mode de vie nomade, la gourde permet de lutter contre la culture du jetable et de revenir à l’essentiel. Petit à petit, des boutiques ont commencé à me contacter alors j’ai élargi mon champ de vision pour proposer mes gourdes au plus grand nombre et pas seulement aux artistes ! En résumé, OAÏ c’est d’abord parti d’un besoin personnel que j’ai adapté à mon milieu professionnel mais je n’avais pas du tout pour ambition de créer une marque. J’ai donc appris sur le terrain et je me concentre aujourd’hui à 100% sur le projet.

Quelle est votre mission à travers ce projet ?

J’ai très envie d’inspirer un mode de vie plus lent et plus minimaliste. En voyage, j’ai appris à voyager léger avec seulement des objets utiles. J’aimerais qu’on revienne à cette consommation et qu’on soit en phase avec nos besoins réels.

Quelle est le trait de caractère/ le petit plus propre à vos produits ?

Son côté minimaliste, la gourde est épurée, on est resté à l’essentiel, il s’agit d’inox brut brossé avec un bouchon en bambou comme rappel à la nature.

Quel est le processus de fabrication des produits ?

J’ai été un peu coincé car pour fabriquer des bouteilles en inox, il n’y a que la Chine qui les produit et qui a le monopole sur l’acier inoxydable. Je travaille donc là-bas avec des fabricants certifiés qui produisent mes bouteilles à la demande.

Votre plus grand projet à venir ?

Je travaille sur un nouveau produit pour compléter la gamme. Puisque le boire et le manger vont ensemble, je réfléchis à une lunch box qui va rester isotherme pour transporter la nourriture à température.

Vos conseils pour voyager zéro déchet ?

J’ai expérimenté deux façons de voyager : pendant mes deux années de tour du monde, j’ai voyagé en prenant l’avion, je prenais mon temps, je m’installais dans un village, je travaillais avec les locaux. Cela permet de découvrir un pays différemment de l’intérieur. Pour voyager léger et zéro déchet, j’avais mon kit de voyageuse : ma gourde, mon shampoing solide, mes lingettes réutilisables etc. Aujourd’hui, je voyage différemment, je vis à mi- temps dans un van aménagé. Il s’agit donc de voyager local en France et en Europe. J’ai une consommation d’eau très restreinte et je produis ma propre énergie solaire.

Cette conscience responsable, d’où cela vous vient ?

C’est arrivé pendant le voyage. Je l’avais évidemment avant grâce à mon éducation, j’ai grandi à la campagne avec une grande proximité avec la nature. Mais ça s’est décuplé pendant mon tour du monde car je me suis rendue compte de l’impact de notre surconsommation et des déchets dans les pays sous-développés. Chez nous, on ne se pose pas la question, on met les choses à la poubelle et on a l’impression qu’elles disparaissent. Alors que pendant ce voyage, j’ai découvert de mes yeux les « poubelles » du monde, j’ai nagé dans des océans de plastique et ça m’a poussé à m’engager davantage !

Que diriez-vous à quelqu’un qui souhaite changer son mode de vie ?

Il faut y aller petit à petit et ne pas penser que du jour au lendemain on va pouvoir tout changer sinon on se décourage trop vite ! Il faut évidemment ouvrir les yeux et s’inspirer au maximum des autres. 

Pour découvrir les gourdes nomades d'OAÏ, c'est par ici.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

News à venir